L’Atelier M est une association loi 1901 qui a ouvert ses portes en 1995 à deux pas du
Vieux Port. Cet atelier a pour vocation d’inciter à la création de gravures contemporaines
et à leur promotion.
Créé sous l’impulsion de l’artiste Maoual, l’atelier M est un lieu partagé par plusieurs
graveurs confirmés pour la recherche et l’expérimentation.
La gravure est un art dont la technique consiste à imprimer des tirages sur du papier, multiples ou monotypes, depuis une matrice en métal -c’est la taille-douce- ou d’une matrice en bois ou en linoleum -c’est la taille d’épargne- grâce à un passage sous la presse.
Les tirages se font directement sur les lieux, on dispose de plusieurs presses
à bras, manuelles donc, dont les plateaux de dimensions différentes, permettent
de réaliser des travaux très variés.
Les limites du format de l’impression ont été repoussées jusqu’à la taille grand aigle 120x80cm.




L’Atelier M est situé en plein coeur de la ville, sur le Cours Estienne d’Orves, dans l’immeuble des Arcenaulx. Il appartient et participe à cette lignée des ateliers marseillais qui ont accueillis des artistes connus et reconnus tels que Jean-Jacques Surian, Mikael Elma, Philippe Moutte, Noury Lekhal, Gérard Giacchi. Le peintre Georges Briata est encore actuellement en activité dans les lieux. On pense aussi, pour faire remarquer la présence de la gravure qui perdure dans l’immeuble, à Jo Berto et son atelier de lithographie.

La position privilégiée et la pérennité de l’atelier font de L’Atelier M un lieu d’exception. Si la ville dispose d’ateliers pour les arts plastiques ou la sculpture, la gravure n’était jusque là pas représentée, alors qu’il s’agit d’un art majeur. Quoique étant un atelier associatif privé, l’atelier a répondu avec fierté à ce besoin depuis maintenant vingt ans.

Dans ce même élan d’échanges, L’Atelier M ouvre au public ce lieu inédit. La tradition s’y perpétue encore aujourd’hui avec l’introduction de nouveaux artistes, marseillais de naissance ou de coeur. L’atelier reflète par ailleurs une ouverture certaine sur la Méditerranée avec des influences turques, marocaines ou grecques. C’est dans une ambiance chaleureuse de travail, que les oeuvres gravées dégagent alors cette atmosphère solaire.



Dans l’esprit d’un atelier des Beaux-arts, L’Atelier M veut orienter ses efforts vers la construction d’un lieu de recherche artistique. Il prône la liberté de création et donc la diversité, sa vocation est de réaliser des oeuvres d’art.

L’Atelier M est un lieu de recherches techniques, sur la plaque, le papier, les encres. L’organisation professionnelle de l’atelier permet cette expérimentation des outils, des supports, des tirages, dans l’assurance d’un encadrement d’artistes formés, de personnes compétentes qui permettent cette exigence. En allégeant des contraintes pratiques de la gestion de l’atelier, les artistes peuvent se concentrer directement sur leur travail. L’objectif est bien de donner l’espace et le temps à cette réflexion tant plastique qu’esthétique. En effet, l’Atelier M a déjà concrétisé cette ambition en réalisant des oeuvres d’exception telles que des livres d’artistes à tirages limités, des commandes d’oeuvres d’art, ou d’édition d’estampes. En rassemblant de nombreux talents, l’association n’a pas manqué de se constituer en collectionneur et en conservateur de ces oeuvres à tirages limités. Elle incite à la collection et à l’acquisition en organisant des manifestations dans ses locaux ou en se montrant sur différentes expositions communes.



Avec les scolaires
L’Atelier M, avec constance, continue de faire découvrir la gravure au jeune public marseillais. Cet enseignement se fait dans le cadre de visites des lycées, ou de rencontres avec des étudiants en formation supérieure pour des écoles d’art ou des études universitaires. Des visites pédagogiques ont lieu chaque année avec les Lycées des Calanques ou René Caillé et les lycéens se regroupent tous ensemble autour de la presse.
Pendant une heure, ils vont pouvoir visualiser concrètement la technique de la gravure. Parfois L’Atelier M intervient directement dans l’établissement pour un projet plus conséquent avec les scolaires. Enfin, régulièrement l’atelier est contacté pour accueillir des stagiaires en gravure. Les étudiants viennent alors se former durant plusieurs semaines et participent à la vie de celui-ci.



Acteur culturel présent sur la région

L’Atelier M participe à des conférences dans les musées, les artothèques ou les bibliothèques, comme au Musée Grobet-Labadié sur «Albert Dürer et la gravure». L’Atelier M collabore aussi avec la Maison de la Gravure Méditerranée ainsi qu’avec la Maison de l’Artisanat et des Métiers d’art.
L’Atelier M organise enfin des démonstrations et des visites organisées auprès de groupes d’amateurs d’art ou de curieux d’estampes marseillais et étrangers. Mais c’est surtout autour de la presse à bras que l’Atelier M répond au mieux à cette ambition pédagogique ou tout simplement d’échanges, pour faire découvrir la technique tant aux amateurs qu’aux professionnels du livre et aux collectionneurs d’estampes. Et il n’est pas rare de voir de nombreux avertis passer la porte, attendre le passage d’une impression sous presse et avoir ainsi la primeur et la révélation de l’épreuve avec ses couleurs fraîches.







Livre d’artiste réalisé avec Abdellatif Laabi, écrivain et poète marocain

La résidence est située dans le même immeuble que l’atelier. Elle propose un lieu de travail complet aux artistes plasticiens qui souhaitent développer leurs recherches en gravure taille-douce.
La résidence est destinée aux écrivains et poètes désirant réaliser des livres d’artistes en collaboration avec un graveur de l’atelier.
L’Atelier M accueille des graveurs euro-méditerranéens. Certains artistes de l’atelier ont déjà été en résidence au Maroc. L’atelier garde le contact avec des artistes étrangers et aimerait développer ces échanges.
L’association recherche des partenaires et des mécènes qui veulent participer au soutien de l’Atelier M dans son rôle de conservation des savoir-faire, dans sa mission de recherche plastique et la promotion des artistes en présence. Pour ce faire, l’Atelier M cherche des financements, ainsi que des propositions de lieux d’exposition ou de projets en partenariat.








Chaque année, pour les Journées des Métiers d’Art, début avril, s’ouvre cette lourde porte de bois. Sur l’ancien arsenal de Marseille, sous l’arche au numéro 25 du cours Estienne d’Orves, la porte annonce les lieux à découvrir, c’est «Le 25». Derrière elle, à l’abri des regards, ateliers et galeries d’art sont suspendus dans les étages. En été, la lumière crue tranche le pavé en deux et dissimule côté pénombre les boîtes aux lettres posées au fil des ans, de générations d’artistes en générations d’artisans, qui dessinent sur le mur une installation d’art contemporain. Et comme pour nous rappeler l’histoire des lieux, un escalier aux nobles volumes nous invite à grimper dans les étages.